Un petit message (probablement emprunt de rancoeur et d'un peu de colère je préfère le dire de suite) qui me turlupinait depuis longtepms (plus d'un an) et que j'abandonne après les fêtes et qui dont l'envie revient quelques semaines avant le retour des fêtes de fin d'année..

Cette année, comme pour les au moins 3 ou 4 années précédentes, Noël n'a pas été agréable... Il a été triste, difficile, douloureux, amer, épuisant...  Il n'y a plus vraiment de joie pour Noël depuis le décès de maman il y a 5 ans. 

Tous les ans, il est de plus en plus difficile de faire plaisir à mon fils, en lui offrant les cadeaux dont il a enve (pas tout évidemment ça n'a jamais été le cas mais au moins quelques uns), parce que mon niveau de vie baisse immanquablement et que les adeaux c'est la seule chose qui reste de Noël chez nous. 

Et tous les ans, des personnes, qui ne me souhaitent que du bien et pour me remonter le moral et me réconforter me disent "mais Noël ça n'est pas que les cadeaux... c'est aussi la famille et les amis"...

Et c'est bien là le hic.. Quand il n'y a plus ni famille, ni amis, il reste quoi à part les cadeaux?

Je m'explique (attention cet article n'a pas pour objectif de me plaindre, je souhaite juste expliciter ce qui se passe et ce contre quoi je lutte tous les ans depuis 5 ans).

Mon fils n'a que mon père comme grand parent. (rien du côté de son père, et du côté de son père on ne fête que très peu Noël, ça n'est pas dans leur culture, donc l'esprit de Noël ça n'existe pas).

Avant le décès de maman, Noël était magique. c'était la fête (même si papa faisait toujours le cirque à un moment donné (on peut pas tout changer quand même), mais on passait outre, c'était Noël. On savait qu'il y aurait plein de monde à la maison pour le réveillon (en général nous étions plus d'une dizaine et parfois pas loin de 20 personnes). Des personnes que nous aimions profondément, des amis de la famille depuis toujours (qui étaient pour moi plus de la famille que certains membres de ma famille) et de la famille éloignée que nous ne voyions que rarement et notamment à cette période et que j'adorais. Il y avait mes cousins, leur compagne ensuite également... 

On pensait à cette soirée des semaines à l'avance, on choisissait de quoi faire une belle table, on réalisait des petits cadeaux pour tout le monde, de la petite déco jolie (tout le modne avait hâte de découvrir la table parce qu'à chaque foi c'était différent et ils étaient gâtés.) On organisait des jeux et des karaokés. La soirée se terminait inlassablement de la même façon, une grosse partie de belote qui dégénéraient en tricheries diverses et le reste qui faisait des jeux de société au salon en sirotant des tisanes, des "pousses café" pour les plus vieux en gringotant des sucreries, tout en rigolant et en écoutant de la musique et en dansant parfois aussi. Nos invités adoraient venir parce qu'ils savaient qu'ils ne trouveraient pas une table aussi décorée et ne seraient pas aussi chouchoutés tout le temps. Ce soir là c'était particulier.

On allait se coucher heureuses (ma soeur et moi), on peinait à s'endormir en sachant que le lendemain matin il y aurait des cadeaux et que le midi on retrouverait certaines personnes de la veille pour un bon repas et le soir parfois, des amis. C'était joyeux, gaie, agréable et doux.

Et puis maman est décédée.... 

le 1er Noël tout le monde a fait comme si.... mais le coeur n'y était pas. On était déjà beaucoup moins nombreux vu qu'une partie de cette famille que j'aimais temps (et de qui je me sentais tellement proche, à tort manifestement) a complètement disparu de notre univers sans aucune explication. Là où on aurait aimées être entourées, soutenues, sentir qu'on était pas seules malgré la mort de maman, le 1er Noël de nos enfants sans leur grand mère (leur unique grand mère)... bah rien... on s'est débrouillées seules, pour tout et tenter de faire plaisir...Certaines personnes sont venues... pour nous faire plaisir... Pour ne pas casser les habitudes... 

L'année suivante, on a vraiment senti qu'ils n'avaient aucune envie d'être là. Limite on culpabilisait de les avoir invités. On a eu vraiment l'impression que ça les ennuyait d'être avec nous. Oui papa n'était pas drôle, oui la maison était un sanctuaire de maman, mais on aurait accepté de faire autrement (ou ailleurs) si quelqu'un nous l'avait proposé... mais non.

Celle d'après, prétextant un Noël en décalé (par rapport à la garde de Loulou, on l'avait fait le 27, je ne l'avais pas le 24/25), nous avons quand même demandé, mais en sachant que les personnes déclineraient et c'est effectivement ce qu'elles ont fait, sans chercher à comprendre. 

Et puis... plus rien.... Plus peronne... L'année suivante, personne ne s'est manifesté. On ne les a pas relancé. 

Depuis, nous faisons Noël, ma soeur et ses 2 enfants, moi et loulou et mon père (qui sombre, pleure, fume, boit, tombe, nous traite comme des chiens, et ne prête absolument aucune attention à ses petits enfants présents). On se fait un petit apéro dinatoire, mon père sombre dans le canapé à 21h..., on couche les enfants qui sont épuisés de s'être retrouvés et... voilà...... 

Le matin du 25, les enfants se réveillent (tôt), on arrive tous ensemble (enfin ma soeur, les enfants et moi, mon père comate dans la cuisine) dans le salon où tous les cadeaux on été déposés la veille au soir. Les enfants sont heureux, ils ouvrent leurs paquets. Et voilà... Noël est fini. Nous on court partout pour gérer les enfants surexcités, les repas à préparer, mon père qui fait n'importe quoi et on a hâte que tout ça se termine. On repense  à nos Noël magiques, ceux que nos enfants ne connaitrons jamais.

Alors oui je suis ravie de voir mes petits neveux et ma soeur que j'adore, mais honnêtement je préfère quand on se voit l'été, chez moi... on est tellement plus sereines et, c'est tellement plus gaies sans papa. L'été on rit, on raconte des bêtises, on profite d'être tous ensemble vraiment. Donc Noël n'a même pas cet intéret là.

Donc non l'esprit de Noël n'existe plus. Et notre seul bonheur c'est de voir nos enfants heureux. 

Alors oui, vous allez me dire qu'il y a plein de personnes dans ce monde qui passent Noël seules.... Je suis d'accord et je trouve qu'à Noël personne ne devrait être seul. 

Mais quand on a cru qu'il y avait des gens qui étaient là pour vous, quand on a cru être appréciées, voires aimées et que d'un coup tout s'effondre, ces Noël, ils sont vraiment vraiment amers. Quand on a cherché des réponses, qu'on a posé les questions et que personne ne veut nous répondre, nous expliquer pourquoi on ne mérite plus nous d'être entourées si maman n'est plus là... ça ne peut être qu'un amer constat.

(je ne parlerai pas ici du réconfort qu'on a jamais eu à la mort de maman et du fait qu'on a du tout gérer absolument seules et sans aucun soutien ou aide, ça n'est pas le lieu et je l'avais peut-être déjà fait d'ailleurs).

Je souhaite tellement mais tellement que ma soeur et moi arrivions à recréer un noyau familial avec des conjoints qui seraient plein de bienveillance (pour changer) et pouvoir faire connaitre un jour à nos enfants des Noël (forcément différents) mais joyeux et plein de vie...

Pour le moment ça n'est pas le cas...

Alors oui je suis d'accord avec vous, Noël c'est avant tout la famille et les amis et les gens qu'on aime.... faut-il encore qu'il y en ait...

100_0478